Votre session a expiré, veuillez vous ré identifier.

22/10/2020 11:06

Croissance: voici les nouvelles prévisions de la Banque mondiale pour le Maroc

La Banque mondiale a actualisé à la baisse sa prévision de croissance pour l'économie marocaine. Le PIB réel devrait se contracter de 6,3% en 2020, principalement en raison de la pandémie de coronavirus, mais aussi des effets de la mauvaise pluviométrie sur le secteur agricole.

En raison du double choc, intérieur et extérieur, résultant de la crise sanitaire, l'économie marocaine devrait connaître une profonde récession, sa première depuis 1995, indique la Banque mondiale dans une note récente sur le Maroc.

L'assainissement des finances publiques a été interrompu compte tenu des pressions sur les dépenses et du ralentissement de l'activité économique.

La réduction des envois de fonds, des activités touristiques et des IDE ainsi que la baisse significative des exportations ont une incidence négative sur la position des paiements extérieurs, souligne l'institution de Bretton Woods.

Dans ce contexte, la Banque mondiale a revu à la baisse sa prévision de croissance pour le Maroc. Le PIB réel devrait se contracter de 6,3% en 2020, principalement en raison de la pandémie de Covid-19, mais aussi des effets de la mauvaise pluviométrie sur le secteur agricole. En juillet dernier, la Banque mondiale tablait sur une décroissance de 4% en 2020.

S'agissant de la demande, à l'exception de la consommation publique, toutes les composantes de la demande globale devraient diminuer considérablement, souligne la Banque mondiale.

Le redressement du secteur du tourisme pourrait être plus lent, car les préoccupations concernant les vagues ultérieures de Covid-19 et la diminution des revenus des ménages pourraient plomber la demande mondiale dans ce secteur.

Le déficit du compte courant devrait se creuser à 9,9% du PIB en 2020, avant de diminuer à moyen terme. Le choc extérieur a entraîné une forte régression des importations, des exportations, des recettes touristiques et des envois de fonds.

Bien que les importations (à l'exception des produits alimentaires) diminuent, cela ne compensera pas entièrement la baisse des exportations et des recettes touristiques, souligne la note.

La Banque mondiale a actualisé à la baisse sa prévision de croissance pour l'économie marocaine. Le PIB réel devrait se contracter de 6,3% en 2020, principalement en raison de la pandémie de coronavirus, mais aussi des effets de la mauvaise pluviométrie sur le secteur agricole.

En raison du double choc, intérieur et extérieur, résultant de la crise sanitaire, l'économie marocaine devrait connaître une profonde récession, sa première depuis 1995, indique la Banque mondiale dans une note récente sur le Maroc.

L'assainissement des finances publiques a été interrompu compte tenu des pressions sur les dépenses et du ralentissement de l'activité économique.

La réduction des envois de fonds, des activités touristiques et des IDE ainsi que la baisse significative des exportations ont une incidence négative sur la position des paiements extérieurs, souligne l'institution de Bretton Woods.

Dans ce contexte, la Banque mondiale a revu à la baisse sa prévision de croissance pour le Maroc. Le PIB réel devrait se contracter de 6,3% en 2020, principalement en raison de la pandémie de Covid-19, mais aussi des effets de la mauvaise pluviométrie sur le secteur agricole. En juillet dernier, la Banque mondiale tablait sur une décroissance de 4% en 2020.

S'agissant de la demande, à l'exception de la consommation publique, toutes les composantes de la demande globale devraient diminuer considérablement, souligne la Banque mondiale.

Le redressement du secteur du tourisme pourrait être plus lent, car les préoccupations concernant les vagues ultérieures de Covid-19 et la diminution des revenus des ménages pourraient plomber la demande mondiale dans ce secteur.

Le déficit du compte courant devrait se creuser à 9,9% du PIB en 2020, avant de diminuer à moyen terme. Le choc extérieur a entraîné une forte régression des importations, des exportations, des recettes touristiques et des envois de fonds.

Bien que les importations (à l'exception des produits alimentaires) diminuent, cela ne compensera pas entièrement la baisse des exportations et des recettes touristiques, souligne la note.

Source : le360.ma

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedInPartager sur Google Plus

» Toutes Actualités

15:43 Flash Séance : clôture
La Bourse de Casablanca a clôturé à la baisse aujourd'hui. Les indices MASI et MADEX affichent respectivement -1,30% [..]
12:01 Flash Séance : tendance
La Bourse de Casablanca a évolué à la baisse aujourd'hui. Les indices MASI et MADEX affichent respectivement -0,10% à [..]
10:12 Presse marocaine du 27/11/2020
Actualité Nationale : Immobilier : un nouveau cycle haussier se dessine: Le secteur immobilier confirme les quelque [..]

Calendrier de la bourse