Votre session a expiré, veuillez vous ré identifier.

25/05/2022 09:42

Energie, métaux: l'Europe s'est montrée "cupide" et non "naïve" face à la Russie, selon Vestager

La commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager, à Bruxelles le 2 mai 2022

En confiant en grande partie leur approvisionnement énergétique à la Russie, les Européens se sont montrés "cupides" et non "naïfs", a estimé mardi la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager dans un entretien à plusieurs journaux européens.

"Nous n'avons pas été naïfs, nous avons été cupides. Notre industrie s'est beaucoup construite autour de l'énergie russe avant tout car elle n'était pas chère", affirme Mme Vestager, qui est aussi vice-présidente de la Commission européenne, dans cette interview publiée en France par Les Echos.

Elle ajoute que l'attitude des Européens est la même "avec la Chine pour de nombreux produits ou avec Taïwan pour les puces, où nous sommes avant tout allés chercher des coûts de production plus bas".

Mais "il y avait une grosse prime de risque - la dépendance - que nous payons aujourd'hui" avec les conséquences de la guerre en Ukraine, explique la commissaire qui juge qu'il "faudra désormais plutôt payer une prime à la sécurité", notamment en misant sur le gaz naturel liquéfié (GNL), plus cher mais qui pourra apporter "la stabilité et la prédictibilité, qui amèneront des investissements", assure-t-elle.

Concernant l'imposition d'un embargo européen sur le pétrole russe, actuellement bloqué par la Hongrie, Mme Vestager se dit "persuadée qu'un accord sera trouvé". Mais elle ajoute que "nous ne pouvons pas laisser les Etats les plus dépendants du pétrole russe sur le bord du chemin" et qu'il faut "sécuriser leur approvisionnement".

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a estimé mardi "très improbable" un accord dans les prochains jours, dans une lettre au président du Conseil européen Charles Michel consultée mardi par l'AFP. La présidence française a pour sa part indiqué dans la foulée qu'un accord était encore possible "dans les jours qui viennent".

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban au Parlement, à Budapest le 24 mai 2022

Le ministre allemand de l'Economie et du Climat Robert Habeck a récemment accusé Moscou d'utiliser l'énergie "comme une arme", alors que la première économie européenne est très dépendante du gaz russe.

Sur le sujet des métaux et terres rares dont l'Europe a besoin, notamment pour les batteries automobiles et les panneaux solaires, Mme Vestager plaide pour "de nouveaux partenariats internationaux", plutôt que le développement d'extraction minière sur le sol européen, "car cela prendrait au moins dix ans".

"Pour les panneaux solaires et les semi-conducteurs, beaucoup de matériaux proviennent aujourd'hui de Chine, de Russie ou d'Ukraine. Il faut là aussi diversifier notre approvisionnement. Nous ne pouvons pas miser uniquement sur l'idée de développer des mines et des raffineries sur notre sol", dit-elle.

La vice-présidente exécutive de la Commission cite notamment le Canada, la Norvège et l'Australie comme pays disposant d'"énormément de matériaux".

Alors que de nombreuses voix industrielles et même politiques se sont élevées en France pour demander une réforme du marché européen de l'électricité, elle se déclare opposée à une généralisation des mesures de plafonnement du prix de l'électricité obtenues par le Portugal et l'Espagne. "C'est une question qui doit s'étudier au cas par cas", dit-elle. "Nous ne devons surtout pas renationaliser le marché européen de l'électricité, cela mènerait tout droit à des blackouts".

© 2022 AFP - Paris (AFP)

Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur LinkedInPartager sur Google Plus

» Toutes Actualités

15:47 Flash Séance : clôture
La Bourse de Casablanca a clôturé à la baisse aujourd'hui. L'indice MASI affiche -0,82% à 12 258,10 points. Volume M [..]
14:00 BCI : Transaction sur le Marché de Blocs
Deux blocs de 320 798 titres BCI ont été échangé sur le marché de blocs au cours 470.00 dhs.
12:30 Flash Séance : tendance
La Bourse de Casablanca a évolué à la baisse aujourd'hui. L'indice MASI affiche -0,58% à 12 287,60 points. Volume Ma [..]

Calendrier de la bourse